LA BASILIQUE

Horaire Carême

RENOUVELER SA VIE À LA SUITE DU CHRIST

" Convertissez-vous et détournez-vous de tous vos crimes, qu'il n'y ait plus pour vous d'occasion de mal. Débarrassez-vous de tous les crimes que vous avez commis et faites-vous un coeur nouveau et un esprit nouveau. Pourquoi mourir, maison d'Isaraël ? Je ne prends pas plaisir à la mort de qui que ce soit, oracle du Seigneur Yahvé. Convertissez-vous et vivez ! " Ezéchiel 18, 30-32

Le Carême commence par le mercredi des Cendres célébrées Mercredi 22 février et s’achève à l’issue de la Semaine Sainte par la fête de Pâques avec la célébration de la Résurrection du Christ.

Le Carême est un temps privilégié pour renouveler notre vie chrétienne.

 

Mercredi des Cendres :

Basilique Saint-Sernin

  • 8h45 Laudes
  • 9h Messe des cendres
  • 18h15 Vêpres
  • 18h30 Messe des cendres

Église Saint-Hilaire

  • 19h00 Messe des cendres

 

Vendredi Saint

Basilique Saint-Sernin

  • 15h Chemin de Croix dans les rues de Toulouse, avec des Reliques de la Sainte Croix et de la Sainte Épine, présidé par l’Archevêque (Sanctuaire Saint-Jérôme > Capitole > Notre-Dame du Taur > Saint-Sernin)
  • 17h Vénération des Reliques de la Sainte Croix et de la Sainte Épine

 

Chemin de croix Carême 2023 :

  • Durant le Carême 2023, le chemin de Croix a lieu tous les vendredis à la basilique Saint-Sernin à 15h

 

L’aumône et le denier de l’Eglise

Je me rappelle cette petite histoire : Une petite fillette vient voir sa maman :

« Maman, peux‐tu me donner 5 euros pour que je les donne à ce pauvre monsieur qui crie au coin de la rue ? ».

« Mais bien sur, ma petite princesse au grand cœur ! Et qu’est‐ce qu’il crie ce monsieur ? »

« Il crie : glaces, bonbons, barbe à papa ! », répond la fillette.

Vous vous demandez ce qu’il peut y avoir de commun entre cette histoire et l’aumône ou le denier ? Et bien je dirais qu’en pratiquant l’un et l’autre, au final on se fait du bien à soi‐même ! Souvenez vous de ce que disaient les ères de l’Eglise : «Celui qui donne au pauvre, a pour débiteur Dieu lui‐ même». Faire l’aumône, c’est se laisser toucher par la misère d’autrui et devenir miséricordieux comme Dieu l’est. Inutile de penser que la misère ne peut être que matérielle. Dans le monde et même autour de nous, il y a beaucoup de personnes qui mendient souvent juste de la compréhension, l’encouragement, un conseil ou un peu de temps (le bien le plus précieux de nos jours)… La misère matérielle est simplement la plus visible… Oublier donc la pratique de l’aumône, fermer les yeux sur les pauvres, quels qu’ils soient, reviendrait à ne plus voir le Christ et raterainsi notre propre salut. Quant au denier, imaginez que l’Eglise, comme ce monsieur de l’histoire crie à tous les coins de rue : « Baptêmes, Communions, Messes, accompagnement lors du deuil, éducation dans la foi et les vraies valeurs de la vie, protection des familles, respect de lavie, attention aux pauvres et malades, joie, paix et l’amour de Dieu, etc., etc., etc.! » Qui n’en voudrait pas ? Toutefois, comme l’Eglise vit dans le monde, elle ne peut pas l’accomplir sans les moyens du monde. Nos parents nous ont éduqué à ne pas oublier le denier de l’Eglise. N’oublions pas nos plus de l’apprendre à nos enfants. Pensonsà ces deux phrases bien connues : « Les petits ruisseau font des grandes rivières » et « la mesure dont vous vous servez pour les autres, servira aussi pourvous » !

P. Bogdan Velyanyk Curé

Pour contacter ce service paroissial :